Le programme 2018

Lancement du prix littéraire des adolescents du département
  • Rencontres animées par Maya Michalon et Michel Abescat.
  • 10 h 30 / Place de l'Hôtel-de-Ville et place Marcel-Pagnol.

Le prix littéraire des adolescents des Alpes-de-Haute-Provence permet aux jeunes lecteurs de choisir «un coup de coeur» parmi une dizaine d’ouvrages récents. Ce prix, lancé lors des Correspondances de Manosque, se termine en mai pendant la Fête du livre jeunesse, en présence de plusieurs auteurs.

Une action portée par Éclat de lire et les documentalistes du département.

 

 

Olivier Adam & Henri Meunier
Rencontre animée par Maya Michalon
> Place de l’Hôtel-de-Ville.

Que faire de nos monstres? interrogent ces deux livres. Dans La Tête sous l’eau, un jeune homme doit se remettre du traumatisme familial causé par l’enlèvement de sa soeur. Le surf – et l’amie surfeuse – pourront-ils le libérer ?

Quant à l’héroïne de Coeur de bois, elle mène une vie bien rangée et ordon –
née. Régulièrement, elle prend sa voiture pour aller rendre visite à un être
solitaire et reclus dans une maison de la forêt : le loup.

 

 

> À LIRE : Olivier Adam, La Tête sous l’eau, Robert Laffont, coll. «R», 2018. (p. 42)
Henri Meunier et Régis Lejonc, Coeur de bois, Notari, 2017.

 

 

Annelise Heurtier & Marie Sellier
Rencontre animée par Michel Abescat
> Place Marcel-Pagnol

Envole-moi raconte l’histoire d’amour adolescente de Joanna et Swann. Histoire belle et sincère, qui a réussi à se construire malgré le handicap de Joanna, qui est en fauteuil roulant. Mais bientôt, la jeune femme est renvoyée à ses incapacités et à ses limites.

Agitation intime également dans La Peau de mon tambour. En un été, tout se fissure et change de saveur pour Zoé. Les vacances à la mer sont gâchées. À la rentrée suivante, «le regard acéré se porte bientôt sur son corps. Elle se sent jambon, côtelette, saucisse sur pattes».

Deux romans pour dire les troubles adolescents et la liberté que procure l’accès à soi.

 

 

> À LIRE : Annelise Heurtier, Envole-moi, Casterman, 2017.
Marie Sellier, La Peau de mon tambour, Thierry Magnier, 2018.

 

Cette rencontre est traduite en langue des signes française.