Le programme 2018

« Tous les hommes désirent naturellement savoir » de Nina Bouraoui
  • Rencontre animée par Maya Michalon.
  • 15 h / Place Marcel-Pagnol.

«C’est l’histoire de mon désir qui est devenu une identité et un combat. J’avais 18 ans. J’étais une flèche lancée vers sa cible, que nul ne pouvait faire dévier de sa trajectoire. J’avais la fièvre. Quatre fois par semaine, je me rendais au Kat, un club réservé aux femmes, rue du Vieux-Colombier. Deux coeurs battaient alors, le mien et celui des années 1980. Je cherchais l’amour. J’y ai appris la violence et la soumission. Cette violence me reliait au pays de mon enfance et de mon adolescence, l’Algérie, ainsi qu’à sa poésie, à sa nature, sauvage, vierge, brutale.»

Deux pays, deux époques, en miroir : l’Algérie belle et paradoxale d’un côté, le Paris queer hanté par l’épidémie du sida de l’autre. Une voix singulière qui s’élève, celle de Nina Bouraoui, et de son désir merveilleusement têtu.

 

 

> À LIRE : Tous les hommes désirent naturellement savoir, JC Lattès, 2018.