Le programme 2018

Estelle-Sarah Bulle & Abnousse Shalmani
  • Rencontre animée par Maya Michalon.
  • 15 h / Place de l'Hôtel-de-Ville.

Une jeune femme, née en banlieue parisienne, recherche ses origines et interroge, un à un, les membres de la fratrie antillaise, surtout la tante Antoine, aussi haute en couleurs que son «nom de savane». Dans une langue roulante et imagée, elle retrace ainsi l’histoire des siens et celle de
la Guadeloupe depuis le début des années 1940. Estelle-Sarah Bulle signe un premier roman enlevé, avec une pointe de créole.

Dans Les exilés meurent aussi d’amour, c’est Shirin qui raconte la vie à Paris au milieu des années 1980, alors qu’elle et ses parents ont fui la révolution islamique iranienne. Dans l’appartement exigu, elle élit domicile sous le canapé d’où elle observe les tantes rivalisant sur le terrain de la séduction, les hommes fomentant toujours une révolution, sa mère cuisinant ou bricolant. Un jour, Shirin fugue…

Deux histoires d’exil et de métissage portées par une verve réjouissante.

 

 

> À LIRE : Estelle-Sarah Bulle, Là où les chiens aboient par la queue, Liana Levi, 2018.
Abnousse Shalmani, Les exilés meurent aussi d’amour, Grasset, 2018.